Archives par mot-clé : séquence 5

POUR TOUTES LES CLASSES DE 4E : SÉQUENCE 5 ARTS PLASTIQUES 2023/2024

Faites le buzz! – STORYBOARD

Consigne : A partir d’un élément réel, déformez la réalité et transformé le en une histoire paranormale qui ferait le buzz sur internet.

Ecrivez le scenario, puis élaborez le storyboard de votre histoire.

(Attention un storyboard est toujours dessiné, avec une image par page).

Contraintes :

  • les onomatopée et idéogrammes sont autorisés.
  • les bulles et les cartouches de textes sont interdits.

Compétence technique: Prendre en compte les conditions de la réception de sa production dès la démarche de création, en prêtant attention aux modalités de sa présentation.

(L’élève a-t-il réussi à utiliser les codes du storyboard en utilisant diverses plans et cadrage afin de dynamiser son histoire?).

Compétence Théorique: Se repérer dans les étapes de la réalisation d’une production plastique et en anticiper les difficultés éventuelles.

(L’élève a-t-il compris ce qu’était un storyboard? A-t-il identifié les moments clés de son histoire? Situation initiale, élément déclencheur, péripétie, dénouement, situation finale).

Compétence culturelle: Expliciter la pratique individuelle ou collective.

(L’élève peut-il décrire les actions plastiques qu’il a effectué pour réaliser sa production : choix du point de vue, cadrages, plans, techniques utilisées pour représenter la profondeur, cohérence d’échelle entre le/les personnages et le décors).

Vocabulaires:

Storyboard : Un storyboard s’accompagne toujours d’un script ou d’un scénario, qui permet de décrire plus en profondeur l’action et le sujet d’un projet. Il apporte des détails et permet d’aller plus loin dans la description d’une scène et de ce qui la compose, en ajoutant des commentaires, des annotations, des intentions d’émotions, des effets, etc.

Une vignette : (aussi appelée une case) image d’une bande dessinée délimitée par un cadre.

Une bulle : (aussi appelée un phylactère) forme variable qui, dans une vignette, contient les paroles ou pensées des personnages reproduites au style direct.

Un cartouche : encadré rectangulaire contenant des éléments narratifs et descriptifs assumés par le narrateur, appelés également commentaires.

Une onomatopée : mot qui imite un son ; les onomatopées constituent le bruitage de la bande dessinée.

4e s1 001

Un idéogramme : icône, symbole ou petit dessin exprimant une pensée ou un sentiment.

4e s1 002

La typographie : manière dont le texte est imprimé : caractères, forme, épaisseur, disposition…

Le lettrage : réalisation des textes et dialogues d’une bande dessinée. Ce travail est parfois assuré par un spécialiste, le lettreur.

Plans: Ce sont les différentes façons de présenter le sujet, vu à des distances divers (plan d’ensemble, gros plan…) selon l’effet recherché. Les plans utilisés ci-dessous sont aussi ceux utilisés au cinéma -(il en existe encore d’autres).

  • Le Très gros plan : Plan qui met en valeur un élément extrêmement précis. Par exemple: un œil, un doigt, un canon de revolver, un bouton…
4e s1 003
Enki Bilal, Animal’Z, Editions Casterman – 2009, page 92

Le Gros plan : Il isole une partie du décor ou du personnage par exemple: un bras, une main, un visage…

4e s1 004
W.Vance et J.Van Hamme, XIII – Le Dossier Jason Fly – Tome 6, Éditions Dargaud – 2010, page 47

Le Plan rapproché (plan buste) : Le personnage est cadré à hauteur de la poitrine.

4e s1 005
Moebius, Arzak – L’Arpenteur – 2010, Editions Glénat, page 9

Le Plan américain : Le personnage est coupé au-dessus des genoux, il est donc cadré à mi-cuisse.

4e s1 006
Charlier et Hubinon, Barbe-Rouge – Tome 4 – Mort ou Vif, Editions Dargaud – 1994, Page 101

Le Plan moyen (plan-pied) : Le ou les personnages sont entiers.

4e s1 007

Enki Bilal, Croquis pour les décors et les costumes de OPA Mia. Opéra de Denis Levaillant. Mis en scène par André Engel (Avignon, 1990), In : Nouvel Etat des Stocks, Editions Casterman – 2006

Le Plan de demi-ensemble : Le ou les personnages prennent le pas sur le décor mais celui-ci reste très présent.

4e s1 008
Enki Bilal, Animal’Z, Editions Casterman – 2009, page 58

Le Plan Général ou Plan d’ensemble : Le personnage ou l’élément principal est situé dans le décor, mais c’est ce dernier qui est important.

4e s1 009
Charlier et Hubinon, Barbe-Rouge – Tome 1 – Le Démon des Caraïbes, Éditions Dargaud – 1992, Page 28

Les angles de vue : différents points de vue sous lesquels se présente chaque scène d’une bande dessinée ; ils représentent la position de la “ caméra ” ou de l’œil du lecteur ; ils contribuent à la lisibilité, à l’ambiance et à l’interprétation d’une scène.

  • La plongée : vue de dessus ; elle situe les personnages dans l’espace, les uns par rapport aux autres et par rapport à leur environnement. Elle permet également de dramatiser une scène en donnant un sentiment d’écrasement, d’infériorité, voire de menace sur le sujet représenté.
4e s1 010
Charlie Adlard (dessinateur), Robert Kirkman (scénariste), The Walking Dead, Publication depuis 2003

La contre plongée : vue de dessous ; elle magnifie le sujet, lui donne un aspect de supériorité et de domination.

4e s1 011
Charlie Adlard (dessinateur), Robert Kirkman (scénariste), The Walking Dead, Publication depuis 2003.

Procédés d’enchaînement des vignettes :

  • Une scène : suite d’images se présentant dans le même décor.
  • Une séquence : suite d’images ou de scènes formant un ensemble, même si elles ne se présentent pas dans le même décor.
  • Le lien entre les vignettes : élément assurant un enchaînement spécifique entre deux vignettes.
  • Le zoom : succession de plans qui rapprochent progressivement le sujet.
  • L’ellipse : temps qui passe entre deux cases ou deux scènes. L’ellipse permet de sauter des événements sans importance afin de ne pas casser le rythme de l’action. (ou au contraire de ne pas montrer un événement important pour accentuer un suspense).
  • Le flash-back : “retour en arrière”. On l’utilise en général pour figurer ou représenter le souvenir d’un personnage, ou pour raconter une action s’étant déroulée avant la scène que nous sommes en train de lire.
4e s1 012
B. Peeters, F. Schuiten, Les Cités obscures T. 3, La Tour, 1987 ed.Casterman
4e s1 013
Hugo Pratt, Corto Maltese “Les Ethiopiques”.

Questions: Comment avez vous fait pour que nous comprenions votre histoire?

Expliquez quels plans et cadrages vous avez utilisé et pourquoi.

POUR TOUTES LES CLASSES DE 5E : SÉQUENCE 5, ARTS PLASTIQUES, ANNÉE 2023-2024

Point de vue

Consigne :

Choisissez un lieu sur votre carte au Trésor et grâce à votre imaginaire, dessinez la vue du paysage que vous auriez depuis cet endroit.

Technique :

Techniques sèches ( crayons de couleurs, feutres, pastelles) et aquarelle ;

Format 24 x 32 cm, blanc ;

Entièrement a la couleur.

Contraintes :

Vous devrez représenter dans votre paysage au moins un personnage.

On devra reconnaitre le lieu que vous avez choisis sur votre carte.

Notion abordée : Amener l’élève a représenter un même lieux en choisissant un autre point de vue. Amener l’élève à utiliser les notions de plans, de profondeur et à appréhender les notions d’échelles.

Compétence technique. Choisir, mobiliser et adapter des langages et des moyens plastiques variés en fonction de leurs effets dans une intention artistique en restant attentif à l’inattendu.

(L’élève a-t-il réussit à représenter un paysage intégrant plusieurs plans afin de créer une profondeur. A-t-il tenu compte des proportions des différents éléments représentés les uns par rapport aux autres ainsi que de leurs positions dans le dessin. )

Compétence Théorique. Confronter intention et réalisation dans la conduite d’un projet pour l’adapter et le réorienter, s’assurer de la dimension artistique de celui-ci.

(L’élève a-t-il réussit à représenter le paysage de son île au trésor, en tenant compte des informations qu’il a dessiné sur sa carte et en s’assurant que l’on puisse reconnaitre le même lieu sur les deux productions.)

Compétence culturelle. Expliciter la pratique individuelle ou collective, écouter et accepter les avis divers et contradictoires.

(L’élève peut-il décrire les actions plastiques qu’il a effectué pour réaliser sa production : choix du point de vue, cadrages, plans, techniques utilisées pour représenter la profondeur, cohérence d’échelle entre le/les personnages et le décors. L’élève peut il expliquer la/les différences entre la représentation sur la carte et en paysage d’un même lieu (point de vue, échelle, représentation… )

Vocabulaire : Point de vue, Cadrage, Organisation en plans ,
notion d’échelle.

Point de vue : il dépend de l’endroit où tu observes la scène (point de vue frontale : de face ; point de vue en plongée : de haut ; point de vue en contre plongée : de bas ; point de vue aérien : comme en avion).

5 S6 001
Hengki Koentjoro, Altitude 02, photographie.
5e s7 002
François Schuiten – Les Cités Obscures “La Théorie du grain de sable” vol. 2 – Editions Casterman, 2008 .

Organisation en plans : L’organisation d’une image en plusieurs plans qui se superposent (premier plan, second plan, arrière plan…).

5e s7 001
Utagawa Hiroshige, Automne n° 96 Horie et Nekozane, février 1856 .

Cadrage : c’est ce que tu décide de montrer à l’intérieur de ton image (Gros plan, plan rapproché, plan américain, plan d’ensemble, etc).

Claude Gellée, L’Embarquement de la reine de Saba, 1648 .

Une échelle: c’est le rapport entre la mesure d’un objet réel, ses dimensions, et la mesure de sa représentation (carte géographiquemaquette, etc.). On peut aussi parler de la représentation d’un objet en conservant ses proportions.

Question :

En quoi ton travail donne-t-il une autre façon de voir ce lieu de la carte ?

Comment as-tu fait pour ajouter la notion de profondeur dans ton dessin ?

POUR TOUTES LES CLASSES DE 3E : SÉQUENCE 5 ARTS PLASTIQUES 2023/2024

Consigne : Revisitez une des œuvres proposées afin quelle reflète notre société d’aujourd’hui (Pollution, Inégalités, Réchauffement climatique, Racisme, Surmédiatisation, Mondialisation) .

Contrainte : Votre production devra être autre chose qu’un dessin en deux dimensions.

  • La Classe de danse, Edgar Degas, 1873-1875.
  • Le déjeuner des canotiers, Renoir, 1880-1881.
  • L’entrée du port de Trouville, Claude Monet, 1870.
  • Rue de Paris temps de pluie, Gustave Caillebotte, 1877.
  • Les Glaneuses, Camille Pissarro, 1889, huile sur toile.
  • Un bar aux Folies Bergère, Edouard Manet, 1881-1882.

Compétence technique. Choisir, mobiliser et adapter des langages et des moyens plastiques en fonction de leurs effets dans une intention artistique.

(L’élève est-il capable d’analyser et de réutiliser la composition d’un des tableaux proposés? ).

Compétence Théorique. S’approprier des questions artistiques en prenant appui sur une pratique artistique et réflexive.

(L’élève est-il capable de transmettre visuellement un message? (symboles, référence, mise en scène) ?).

Compétence culturelle : Établir des liens entre son propre travail, les œuvres rencontrées ou les démarches observées.

(L’élève peut-il décrire les actions plastiques qu’il a effectué pour réaliser sa production : composition, organisation, travail du fond et des formes. L’élève peut-il expliquer en quoi ces choix lui ont permis de faire référence à notre société d’aujourd’hui?)

Vocabulaire : scène de genre, impressionnisme, mise en scène, détournement, parodie, art engagé.

Art engagé : L’art engagé est une forme d’expression artistique qui défend une cause ou prend position sur une problématique sociale, politique ou environnementale. Cette forme d’art a toujours existé, mais elle s’est popularisée au XXe siècle, notamment grâce au mouvement des avant-gardes artistiques.

Banksy, Napalm, 1994.

Scène de genre : Une scène de genre, en peinture, est un type d’œuvre peinte ou dessinée qui figure des scènes à caractère anecdotique ou familier. 

Impressionnisme : L’impressionnisme est apparus en France à la fin du XIXe siècle. Il s’exprime le plus souvent dans des peintures de paysages et des scènes de la vie moderne, qui mettent l’accent sur la sensation visuelle et l’expression instantanée des effets lumineux.

Gustave Caillebotte, Le pont de l’Europe, 1876.
Edward Hopper, Nighthawks , 1942.

Mise en scène : La mise en scène est l’orchestration (composition harmonieuse) de tous les éléments d’une production scénique (jeu des acteurs, costumes, décors, lumières, etc.).

Détournement : Le détournement est une pratique artistique qui consiste à s’approprier un objet ou une image existante et à le modifier pour en créer quelque chose de nouveau. 

ORLAN, Femme-girafe Ndebelé souche nguni Zimbabwé et visage de femme Euro-Stéphanoise
de la serie Self-Hybridations africaines

Parodie : La parodie est une forme d’humour qui utilise le cadre, les personnages, le style et les caractéristiques d’une œuvre pour la critiquer.

Le Caravage, Autoportrait en Bacchus, v.1594, huile sur toile, 66 x 52 cm, Rome, Galleria Borghese.
Cindy Sherman, Untitled #224 [History Portraits/Old Masters], 1990, photographie, 121.9 x 96.5 cm.

Ecrit réflexif :

  • Quoi? (Quel était le sujet?)
  • Comment? ( Quels médiums, techniques, actions plastiques as tu réalisé?)
  • Pourquoi? (Quels effets ça produit, quel sens donne tu as ce que tu as fait?)

POUR TOUTES LES CLASSES DE 6E : SÉQUENCE 5, Arts Plastiques, 2023/2024

Peinture rupestre

Consigne :Une nouvelle peinture rupestre a été découverte,(re)pressentez là.

Choisissez un des Médiums et outil proposés afin d’imaginer une « peinture » rupestre en vous basant sur le cours d’histoire géographie.

Contrainte : les médiums et outils utilisés devront correspondre le plus possible à ceux utilisés dans l’art pariétal.

Notion abordée :  l’art rupestre, le mélange des mediums (peintures, fusains, pastels) et des techniques. Travail sur la représentation et le fac-similé

Compétence technique. Choisir, organiser et mobiliser des gestes, des outils et des médiums en fonction des effets qu’ils produisent.

(Comment l’élève a-t-il utilisé les différents médiums proposés affin de réaliser sa propre “peinture rupestre” (choix des motifs, des outils et couleurs correspondant à l’art pariétal))

Compétence Théorique. Se repérer dans les étapes de la réalisation d’une production plastique individuelle ou collective, anticiper les difficultés éventuelles.

(Comment l’élève s’est-il organisé, travail du fond et des formes, par quoi a-t-il commencé? Comment c’est-il organisé dans l’emploi des différents médiums affin de représenter la paroi de la grotte et les motifs choisis. L’élève a-t-il surmonté les difficultés qu’il a rencontré dans la production d’un travail devant ressembler à une peinture rupestre.)

Compétence culturelle. Décrire et interroger à l’aide d’un vocabulaire spécifique ses productions plastiques, celles de ses pairs et des œuvres d’art étudiées en classe.

(L’élève peut-il décrire les actions plastiques qu’il a effectué pour réaliser sa production (choix des médiums et techniques, organisation de sont travail par étapes). L’élève peut-il expliquer en quoi ces choix lui ont permis de réaliser une production ressemblant le plus possible à une peinture rupestre.)

vocabulaire : art rupestre, fusain, ocre, pigment, empreinte, silhouette, estompe, gravure, imitation / original, fac-similé.

Art rupestre : Peinture ou gravure exécutée sur des rochers ou la paroi d’une grotte. (exemple : art rupestre dans la grotte Chauvet).

On parle aussi d’art pariétal ou de peinture pariétale.

Fusain : Branche de saule ou de fusain d’Europe, carbonisée (charbon de bois), utilisée pour dessiner.

Ocre : roche ferrique composée d’argile pure colorée par un pigment d’origine minérale allant du jaune au rouge. est utilisée comme pigment depuis la Préhistoire.

Un pigment : c’est une substance colorante. Utilisés en art, les pigments se présentent sous la forme de poudres.

Empreinte : elle peuvent être négatives (on utilisa alors un pochoir) ou positives.

img 001 6e

Grotte Chauvet : panneau des mains positives (détail)

srp 002 6e

Grotte Chauvet : main négative

Silhouette : Contours, formes extérieures sans les détails.

srp 003 6e

Grotte Chauvet : panneau du bouquetin

Estompe : technique permettant d’étirer ou d’étaler le tracer du crayon ou du fusain afin d’ombrer ou d’adoucir un dessin.

srp 004 6e

Grotte Chauvet : Le panneau des chevaux

Gravure : dessin réalisé avec un outil (pointe sèche) enlevant de la matière au support.

srp 005 6e

Grotte Chauvet : Le grand cheval gravé

imitation :Fait de prendre pour modèle le style, la manière, d’œuvres existantes.

Original : création qui a été réalisé en premier, œuvre unique.

fac-similé : Reproduction exacte (conforme à l’original mais parfois à une autre échelle) d’un document écrit, d’un dessin, d’un tableau.

Questions : quelles techniques, medium et outil avez vous utilisé pour que votre production ressemble à une peinture rupestre ?

En quoi votre travail se rapproche-t-il de l’art rupestre ?

POUR TOUTES LES CLASSES DE 5E : SÉQUENCE 3, ARTS PLASTIQUES, ANNÉE 2023-2024

Chimères

Consigne :

En utilisant les documents proposés et le dessin, imaginez une chimère et son environnement.

Contraintes : Elle devra comporter plusieurs parties de corps d’animaux différents et être complétée par du dessin. Elle devra être intégrée à un environnement dans lequel elle pourrait vivre.

  • Dessin et collages obligatoire
  • Feuille A3
  • Techniques sèches

Notion abordée : L’utilisation de techniques mixtes (collages, dessins) afin d’obtenir une image hybride. Permettre aux élève de s’interroger sur l’emploi de divers matériaux et techniques pour produire une production artistiques.

Compétence technique. Explorer l’ensemble des champs de la pratique plastique et leurs hybridations.

(Comment l’élève a-t-il exploité les documents proposés et les a complété par du dessin, pour aboutir à sa production? (choix, composition, organisation, cohérence).

Compétence Théorique. Se repérer dans les étapes de la réalisation d’une production plastique et en anticiper les difficultés éventuelles.

(Comment l’élève c’est-il organisé dans son travail, pris en compte les documents : choix des parties d’animaux et/ou adaptation de ceux-ci à un dessin? L’élève a-t-il surmonté les difficultés qu’il a rencontré dans la production d’un travail hybride?).

Compétence culturelle. Décrire et interroger à l’aide d’un vocabulaire spécifique ses productions plastiques, celles de ses pairs et des œuvres d’art étudiées en classe.

(L’élève peut-il décrire les actions plastiques qu’il a effectué pour réaliser sa production (choix, collages, parties dessinées) et expliquer quels liens fait-il entre sa créature et l’environnement qu’il a représenté (parties d’animaux choisi, alimentation, animaux de pays chaux ou froid,etc).

Vocabulaire : chimère, collage, hybridation, fusion, fragment.

Chimère : Monstre fabuleux, de formes diverses, constitué de plusieurs parties d’animaux différentes.

Collage : technique de création artistique qui consiste à assembler par le collage des éléments séparés, de toutes natures : extraits de journaux avec texte et photos, papier peint, documents, objets divers.


Jacques Prévert – Tableau de famille, collages, première partie du 20e siècle.

Hybridation : croisement ou mélange d’éléments différents.


Max ErnstUne semaine de bonté – collages, 1934.

Fusion : mélange de plusieurs éléments différents de manière à ce qu’ils ne forment plus qu’un.

Fragments : Morceau d’une chose brisée ou déchirée, (les fragments d’une image).


Joan FONTCUBERTA, Fauna, 1985-1989,
installation (photographies, textes, cartographies, schémas, vitrines et vidéos).
André breton, jacqueline lamba, yves tanguy, jannette Tanguy, Cadavre exquis, 1938.

Max Ernst, L’Ange du foyer, 1937, huile sur toile, 114 x 146 cm.

Questions :

  • Comment avez vous fait pour réaliser une chimère en mélangeant dessin et collage ?
  • Quel est le lien entre la chimère et son environnement ?

POUR TOUTES LES CLASSES DE 4E : SÉQUENCE 5 ARTS PLASTIQUES 2022/2023

TOP CHEF (3 à 4 séances)

Consigne : Réalise la/les plus appétissantes pâtisseries sans aucun matériaux comestibles (une portion individuelle suffit).

Contrainte : Seuls les matériaux non comestibles sont autorisés.

  • Technique libre, en privilégiant les matériaux de récupération.

Compétences technique : Prendre en compte les conditions de la réception de sa production dès la démarche de création, en prêtant attention aux modalités de sa présentation, y compris numérique.

(L’élève est-il capable de réaliser une production artistique en étant attentif au choix des matériaux, au effets de matière et de texture afin de s’approcher au plus près de la réalité ?)

Compétence théorique : Confronter intention et réalisation dans la conduite d’un projet pour l’adapter et le réorienter, s’assurer de la dimension artistique de celui-ci.

(L’élève est-il capable de s’interroger au fil de sa pratique sur la vraisemblance de sa création ? Est-il capable de déterminer si le choix des matériaux et la mise en scène permettront de tromper le regard du spectateur?)

Compétence culturelle: Dire avec un vocabulaire approprié ce que l’on fait, ressent, imagine, observe, analyse ; s’exprimer pour soutenir des intentions artistiques ou une interprétation d’œuvre.

(L’élève peut-il décrire les actions plastiques qu’il a effectué pour réaliser sa production : choix des matières et matériaux, réflexion autour des textures, permettant de rendre réaliste sa production? Peut-il décrire en quoi sa production est vraisemblante?)

Prendre part au débat suscité par le fait artistique.

(L’élève est-il capable de s’interroger sur la fiabilité des image présentent dans les publicités et médias ? Est-il capable de repérer comment la communication visuelle peut aussi tromper les consommateurs ?)

Vocabulaire : Texture, Imitation, Matérialité, Matériau, Matière, Ressemblance/Vraisemblance.

Texture : Aspect visuel et tactile d’une matière

Imitation : Action de reproduire volontairement ou de chercher à reproduire une apparence, un geste, un objet, un acte ou une personne.

Pastry CaseClaes Oldenburg, 1961-1962.

Matérialité : Ensemble des caractéristiques physiques d’un objet ou d’une œuvre.

Matériau : toute matière, transformée ou non, qui sert à construire ; ce en quoi est fait une œuvre d’art : marbre, bronze, toile, carton, plastique…

Matière : Substance constitutive d’une chose (la matière première du carton est le bois, celle du verre est le sable, celle du plastique est le pétrole, etc). On parle aussi “d’effet de matière” ou de texture : une matière lisse, rugueuse, brillante ou empâtée par exemple.

Ressemblance : Ce qui permet d’établir un lien entre deux choses parce qu’elles ont de nombreux points communs, comme un objet et l’image de cet objet.

Vierge Voilée, 185X, Marbre, Giovanni Strazza, Couvent de la Présentation, Terre-Neuve, Canada

Vraisemblance : Caractère de ce qui est crédible, de ce qui semble vrai.

“Bad Lemon (Tart)” (2020), Citrine, amber, agate, turquoise, fluorite, prehnite, magnesite, Ching Hai jade, quartz, amethyst, garnet, labradorite, white lip shell, serpentine, sesame jasper, zebra jasper, grey feldspar, marble, glass, steel pins on coated polystyrene, 19 × 16 × 17 inches. Image courtesy of Kathleen Ryan and Karma, New York.

Kathleen Ryan, représente les substances moisies à l’aide de pierres semi-précieuses comme l’améthyste, le quartz, les perles de culture,… la longévité des ces pierres contrastent avec la dégradation du fruit qui est représentée.
Alors que ces pierres nobles sont associées à la pourriture et à la décomposition, l’artiste utilise de simples perles de verre pour créer le fruit intact.

Questions : Comment avez-vous fait pour donner l’impression que votre pâtisserie semble consommable ?

De manière plus générale, que peut-on en conclure concernant les images publicitaires et les images circulant sur les réseaux sociaux ? Développe ton point de vue en 5 lignes en exposant 3 arguments.

POUR TOUTES LES CLASSES DE 5E : SÉQUENCE 5, ARTS PLASTIQUES, ANNÉE 2022-2023

Point de vue

Consigne :

Choisissez un lieu sur votre carte au Trésor et grâce à votre imaginaire, dessinez la vue du paysage que vous auriez depuis cet endroit.

Technique :

Techniques sèches ( crayons de couleurs, feutres, pastelles) et aquarelle ;

Format 24 x 32 cm, blanc ;

Entièrement a la couleur.

Contraintes :

Vous devrez représenter dans votre paysage au moins un personnage.

On devra reconnaitre le lieu que vous avez choisis sur votre carte.

Notion abordée : Amener l’élève a représenter un même lieux en choisissant un autre point de vue. Amener l’élève à utiliser les notions de plans, de profondeur et à appréhender les notions d’échelles.

Compétence technique. Choisir, mobiliser et adapter des langages et des moyens plastiques variés en fonction de leurs effets dans une intention artistique en restant attentif à l’inattendu.

(L’élève a-t-il réussit à représenter un paysage intégrant plusieurs plans afin de créer une profondeur. A-t-il tenu compte des proportions des différents éléments représentés les uns par rapport aux autres ainsi que de leurs positions dans le dessin. )

Compétence Théorique. Confronter intention et réalisation dans la conduite d’un projet pour l’adapter et le réorienter, s’assurer de la dimension artistique de celui-ci.

(L’élève a-t-il réussit à représenter le paysage de son île au trésor, en tenant compte des informations qu’il a dessiné sur sa carte et en s’assurant que l’on puisse reconnaitre le même lieu sur les deux productions.)

Compétence culturelle. Expliciter la pratique individuelle ou collective, écouter et accepter les avis divers et contradictoires.

(L’élève peut-il décrire les actions plastiques qu’il a effectué pour réaliser sa production : choix du point de vue, cadrages, plans, techniques utilisées pour représenter la profondeur, cohérence d’échelle entre le/les personnages et le décors. L’élève peut il expliquer la/les différences entre la représentation sur la carte et en paysage d’un même lieu (point de vue, échelle, représentation… )

Vocabulaire : Point de vue, Cadrage, Organisation en plans ,
notion d’échelle.

Point de vue : il dépend de l’endroit où tu observes la scène (point de vue frontale : de face ; point de vue en plongée : de haut ; point de vue en contre plongée : de bas ; point de vue aérien : comme en avion).

5 S6 001
Hengki Koentjoro, Altitude 02, photographie.
5e s7 002
François Schuiten – Les Cités Obscures “La Théorie du grain de sable” vol. 2 – Editions Casterman, 2008 .

Organisation en plans : L’organisation d’une image en plusieurs plans qui se superposent (premier plan, second plan, arrière plan…).

5e s7 001
Utagawa Hiroshige, Automne n° 96 Horie et Nekozane, février 1856 .

Cadrage : c’est ce que tu décide de montrer à l’intérieur de ton image (Gros plan, plan rapproché, plan américain, plan d’ensemble, etc).

Claude Gellée, L’Embarquement de la reine de Saba, 1648 .

Une échelle: c’est le rapport entre la mesure d’un objet réel, ses dimensions, et la mesure de sa représentation (carte géographiquemaquette, etc.). On peut aussi parler de la représentation d’un objet en conservant ses proportions.

Question :

En quoi ton travail donne-t-il une autre façon de voir ce lieu de la carte ?

Comment as-tu fait pour ajouter la notion de profondeur dans ton dessin ?

POUR TOUTES LES CLASSES DE 6E : SÉQUENCE 5, Arts Plastiques, 2022/2023

Peinture rupestre

Consigne :Une nouvelle peinture rupestre a été découverte,(re)pressentez là.

Choisissez un des Médiums et outil proposés afin d’imaginer une « peinture » rupestre en vous basant sur le cours d’histoire géographie.

Contrainte : les médiums et outils utilisés devront correspondre le plus possible à ceux utilisés dans l’art pariétal.

Notion abordée :  l’art rupestre, le mélange des mediums (peintures, fusains, pastels) et des techniques. Travail sur la représentation et le fac-similé

Compétence technique. Choisir, organiser et mobiliser des gestes, des outils et des médiums en fonction des effets qu’ils produisent.

(Comment l’élève a-t-il utilisé les différents médiums proposés affin de réaliser sa propre “peinture rupestre” (choix des motifs, des outils et couleurs correspondant à l’art pariétal))

Compétence Théorique. Se repérer dans les étapes de la réalisation d’une production plastique individuelle ou collective, anticiper les difficultés éventuelles.

(Comment l’élève s’est-il organisé, travail du fond et des formes, par quoi a-t-il commencé? Comment c’est-il organisé dans l’emploi des différents médiums affin de représenter la paroi de la grotte et les motifs choisis. L’élève a-t-il surmonté les difficultés qu’il a rencontré dans la production d’un travail devant ressembler à une peinture rupestre.)

Compétence culturelle. Décrire et interroger à l’aide d’un vocabulaire spécifique ses productions plastiques, celles de ses pairs et des œuvres d’art étudiées en classe.

(L’élève peut-il décrire les actions plastiques qu’il a effectué pour réaliser sa production (choix des médiums et techniques, organisation de sont travail par étapes). L’élève peut-il expliquer en quoi ces choix lui ont permis de réaliser une production ressemblant le plus possible à une peinture rupestre.)

vocabulaire : art rupestre, fusain, ocre, pigment, empreinte, silhouette, estompe, gravure, imitation / original, fac-similé.

Art rupestre : Peinture ou gravure exécutée sur des rochers ou la paroi d’une grotte. (exemple : art rupestre dans la grotte Chauvet).

On parle aussi d’art pariétal ou de peinture pariétale.

Fusain : Branche de saule ou de fusain d’Europe, carbonisée (charbon de bois), utilisée pour dessiner.

Ocre : roche ferrique composée d’argile pure colorée par un pigment d’origine minérale allant du jaune au rouge. est utilisée comme pigment depuis la Préhistoire.

Un pigment : c’est une substance colorante. Utilisés en art, les pigments se présentent sous la forme de poudres.

Empreinte : elle peuvent être négatives (on utilisa alors un pochoir) ou positives.

img 001 6e

Grotte Chauvet : panneau des mains positives (détail)

srp 002 6e

Grotte Chauvet : main négative

Silhouette : Contours, formes extérieures sans les détails.

srp 003 6e

Grotte Chauvet : panneau du bouquetin

Estompe : technique permettant d’étirer ou d’étaler le tracer du crayon ou du fusain afin d’ombrer ou d’adoucir un dessin.

srp 004 6e

Grotte Chauvet : Le panneau des chevaux

Gravure : dessin réalisé avec un outil (pointe sèche) enlevant de la matière au support.

srp 005 6e

Grotte Chauvet : Le grand cheval gravé

imitation :Fait de prendre pour modèle le style, la manière, d’œuvres existantes.

Original : création qui a été réalisé en premier, œuvre unique.

fac-similé : Reproduction exacte (conforme à l’original mais parfois à une autre échelle) d’un document écrit, d’un dessin, d’un tableau.

Questions : quelles techniques, medium et outil avez vous utilisé pour que votre production ressemble à une peinture rupestre ?

En quoi votre travail se rapproche-t-il de l’art rupestre ?

POUR TOUTES LES CLASSES DE 3E : SÉQUENCE 5, Arts Plastiques, 2021/2022

Fais ta pub !

Consigne : Réalise une affiche qui pourrait convaincre un employeur de t’offrir le travail de tes rêves. L’autoportrait n’est pas obligatoire.

Contraintes : le texte sera limité à un ou deux slogans/ phrases maximum l’affiche doit être lisible et mettre en évidence les compétences.

Format A3 ;

Technique traditionnelle libre, le slogan ou le titre pourront être imprimé ou collé.

Notions abordées : la communication par l’image, la composition, permettre aux élèves de s’interroger sur la différence entre des images de communication, de publicité et des images de propagande.

Compétence technique : Choisir, mobiliser et adapter des langages et des moyens plastiques en fonction de leurs effets dans une intention artistique.

(L’élève a-t-il réussit à réaliser une affiche lisible et compréhensible, mettant en valeur ces compétences. A-t-il réussit à équilibrer le fond les formes et le slogan ; à harmoniser les différentes techniques utiliser afin d’organiser un ensemble cohérent. L’élève a-t-il réaliser un slogan lisible et compréhensible en prenant soin de sa calligraphie?)

Compétence théorique : Prendre en compte les conditions de la réception de sa production dès la démarche de création, en prêtant attention aux modalités de sa présentation.

(L’élève a-t-il réussi à faire comprendre quelles compétences il a mis en valeur dans son affiche, en tenant compte de sa composition et du sens de lecture de celle-ci. A-t-il réussit à attirer l’œil du spectateur, à le convaincre, par entre autre la pertinence des choix visuels représentant ses compétences et du ou des slogans)

Compétence culturelle : Expliciter la pratique individuelle ou collective, écouter et accepter les avis divers et contradictoires.

Établir des liens entre son propre travail, les œuvres
rencontrées ou les démarches observées.

(L’élève peut-il décrire les actions plastiques qu’il a effectué pour réaliser sa production : composition, organisation, travail du fond et des formes, slogan, position et calligraphie. L’élève peut-il expliquer en quoi ces choix lui ont permis de réaliser une affiche mettant en valeur ses compétences. L’élève peut-il expliquer en quoi son travail peut se différencier d’une affiche de propagande (objectifs, message, utilisation…))

Vocabulaire : composition, typographie, accroche, contraste, mise en scène, mise en valeur, propagande.

Composition : Organisation réfléchie des éléments les un avec les autre et par rapport au support. Elle est basée sur des LIGNES DE FORCE (ou lignes directrices). Ce sont les directions principales que suivent les éléments principaux (formes ergométriques, figures, couleurs).

Jacques Louis David, Le serment des Horaces, 1784 .

la typographie : elle désigne les différents procédés de composition et d’impression utilisant des caractères et des formes en relief, ainsi que l’art et la manière d’utiliser les différents types de caractères dans un but esthétique et pratique. Elle peut servir à crée une ambiance et renforcer le concept d’une production graphique.

Koloman Moser – Affiche pour la 13e exposition de la sécession viennoise – 1902.

Accroche: en publicité, un élément qui attire le regard, généralement le slogan.

Barbara KRUGER, I shop therefore I am (J’achète donc je suis, 1987
Montage photographique, Sérigraphie sur vinyle, 281,9 x 287 cm.

Contraste : c’est la différence entre les parties claires et foncées d’un dessin.

Barbara KRUGER , your body is a battleground (Ton corps est un champ de bataille), 1989,
Montage photographique, Sérigraphie sur vinyle, 183 x183 cm.

Mise en scène : organiser des éléments les uns par rapport au autres, pour créer une ambiance.

Shepard Fairey (Obey). Power and equality, 2019,
Utilisation de symboles pour appuyer un message :
Symbole du genre féminin, colombe, référence à la statut de la liberté, la fleur de lotus, signe peace and love (hippie).

Mise en valeur : rendre visibles les caractéristiques fortes et positives d’une image, d’un sujet, le mettre en avant.

Shepard Fairey (Obey), Barack Obama “Hope” , affiche pour la campagne présidentielle américaine de 2008

Propagande : Techniques de persuasion, cherchant à propager une idée, une opinion, une idéologie ou une doctrine et stimuler l’adoption de comportements au sein d’un public-cible.

Alexandre Rodchenko, « Portrait of Lily Brick »,1924, propagande russe.
Affiche de Propagande Soviétique
Cette affiche de propagande indique : « Homme soviétique – sois fier, tu as ouvert à la Terre le chemin des étoiles ! » 1963
Propagande Allemande Première Guerre Mondiale 1914-1918
” VOUS AUSSI DEVRIEZ REJOINDRE LA REICHSWERH”

Questions :

Comment as tu fait pour mettre en valeur tes compétences à travers l’affiche ? Est elle convaincante ?

Qu’est ce qui différencie ton affiche d’une affiche de propagande ?

POUR TOUTES LES CLASSES DE 4E : SÉQUENCE 5 ARTS PLASTIQUES 2021/2022

Un Graffiti / tag engagé– photomontage

Consigne : Réalisez un tag en lien avec le mots choisi sur l’égalité entre homme et femme, de manière à ce qu’on puisse comprendre le sens sans avoir besoin de le lire. (motif, illustration, typographie)

Il devra être ensuite intégré à une des images proposée, en salle informatique, grâce au logiciel gimp, afin de réaliser un photo montage.

Contraintes :

– Dessin

– Format 24×32

– techniques sèche.

– Noir et couleurs, le motif et la typographie devront être parfaitement fermés et se détacher sur un fond blanc.

Notions abordées : Le numérique en tant que processus et matériau artistiques, l’art engagé.

Compétence technique :Recourir à des outils numériques de captation et de réalisation à des fins de création artistique.

Compétence Théorique. S’approprier des questions artistiques en prenant appui sur une pratique artistique et réflexive.

Compétence culturelle : Établirdes liens entre son propre travail, les œuvres rencontrées ou les démarches observées.

Vocabulaire : Graffiti / tag, street art, fresque, composition, typographie, photomontage, In situ, art engagé.

Graffiti / tag : C’est une inscription , représentant généralement un personnage, un motif et/ou un mot, une signature, en plein milieu de l’espace urbain. il est réalisé comme signe de reconnaissance d’un individu ou d’un groupe, mais aussi comme une expérience artistique ‘esthétique’. Par extension, on nomme « graffiti ou tag» une œuvre qui reprend les mêmes codes artistiques, même si elle est réalisé sur un autre support.

s5 003 4e

Vision, 2009, ille de France

Street art : Il s’agit de toutes formes d’art réalisé dans la rue ou dans des endroits publiques et englobe diverses méthodes telles que le graffiti, le graffiti au pochoir, les stickers, les posters, la projection vidéo, les installations de lumière, la céramique, etc.

s5 004 4e

Ernest Pignon Ernest, Jean Genet, 2006, Brest

Fresque : elle désigne une technique bien particulière de peinture murale. Cependant, dans le langage courant, le terme a pris le sens plus large de peinture murale en général, sans tenir compte de la technique utilisée.

s5 002 4e

Shepard Fairey / OBEY Giant, fresque XXL (40 m de haut) à Paris dans le 13 ème arrondissement, au coin de la rue Jeanne d’Arc et du boulevard Vincent Auriol. 2012

Composition : Organisation réfléchie des éléments les un avec les autre et par rapport au support. Elle est basée sur des LIGNES DE FORCE (ou lignes directrices). Ce sont les directions principales que suivent les éléments principaux (formes ergométriques, figures, couleurs).

s3 003 3e

Jacques Louis David, Le serment des Horaces, 1784

la typographie : elle désigne les différents procédés de composition et d’impression utilisant des caractères et des formes en relief, ainsi que l’art et la manière d’utiliser les différents types de caractères dans un but esthétique et pratique.

s5 001 4e
s5 006 4e

Photomontage : c’est un assemblage de photographies par collage, par tirage, ou par logiciel donnant à une photo un aspect différent, par incorporation d’une ou plusieurs parties ou de la totalité d’une autre photo et permettant toutes retouches et trucages.

s5 007 4e

Jean François RAUZIER, Sant Pau,

In situ : une installation créée pour et par rapport un lieu

s5 008 4e

KAWAMATA Tadashi, Under The Water, Paris, Galerie Kamel Mennour, 2011.

art engagé : S’engager, c’est revendiquer, affirmer ses idées et inciter les autresà les adopter. Dans un contexte historique précis, l’artiste décide de mettre son art au service d’une cause. Ce peut être militant, contestataire ou satirique. L’artiste vise à révéler la réalité en témoignant ou dénonçant. Il peut transmettre un message d’espoir, convaincre les hommes d’adhérer à une cause, défendre des valeurs, faire réagir et/ou agir le spectateur. Il peut aussi mettre en garde contre l’oubli, rendre hommage. Pour atteindre ces objectifs, l’artiste engagé doit toucher la sensibilité du spectateur, l’émouvoir, l’indigner. Il doit toucher l’esprit du spectateur, le faire réfléchir, l’amener à une prise de conscience.

s5 007 3e

Banksy mur près de Bethléem – juillet 2005

s5 006 3e

Banksy, Windows on West Bank – – Palestine (West Bank) 2005

L’art de Banksy est un mélange d’ironie, d’irrévérence, d’humour, manifeste pour la liberté et la justice, contre la guerre et tous les fléaux engendrés par l’homme. L’artiste perce le mur séparant les deux territoires ( Palestine et Israël) en offrant des paysages de paix au regard.

Questions : en quoi ton tag peut il être considéré comme une œuvre engagé?